GR 56 : Eupen – Botrange – Monschau

La première étape commencera à Eupen, au bord de la Vesdre, et vous offrira un itinéraire varié. Le balisage vous emmènera d’abord dans le Hertogenwald, puis le long de la Helle pour finalement vous conduire dans la réserve des Hautes Fagnes avec ses tourbières hautes, âgées de quelque 9.000 ans. Et si vous finissiez cette étape en savourant une bière brassée à l’eau des Hautes Fagnes avant de rejoindre Ovifat pour y passer la nuit ?

Quant à la seconde étape, elle vous emmènera en Allemagne. Vous longerez tout d’abord les Fagnes wallonnes, pour ensuite profiter de l’ombre de la forêt domaniale Stellerholz. Une fois la frontière franchie, c’est au fil de la Rur que vous progresserez jusqu’à la charmante cité de Monschau. Prenez alors le temps de visiter cette ancienne ville drapière et détendez-vous sur une des nombreuses terrasses !

L’itinéraire des superlatifs : le plus haut point de Belgique, la plus grande tourbière d’Europe ou en encore les plus beaux paysages des Hautes Fagnes !


Avant de commencer …

Parking

Nous avons décidé de stationner notre voiture à Eupen, à côté de l’église Saint-Joseph (parking gratuit). Pour les autres possibilités de parkings à Eupen, nous vous invitons à consulter la carte « Parken in Eupen« . 

Transport en commun

Le plus simple est de prendre la ligne TEC 385. Depuis le Parkhaus/Schmiede à Monschau, comptez 25 minutes jusqu’à la Bushof de Eupen. Attention : ce bus ne circule que les weekends et jours fériés !

Une autre alternative, plus longue et plus coûteuse existe : nous l’avons testée en 2018 suite à des travaux sur la route menant à Monschau. Du Parkhaus/Schmiede à Monschau, prenez la SB66 en direction de Aachen, Bushof pour ensuite prendre la ligne 14 en direction de Eupen. Il vous faudra compter près de 2 heures de trajet.

Logement

Restaurant

  • Eupen : nous vous recommandons le restaurant italien « La Luna » → nous y sommes allés plusieurs fois et n’avons jamais été déçus !
  • Sourbrodt : la brasserie Peak saura sans aucun doute vous désaltérer 😉 
  • Ovifat : véritable coup de cœur pour le petit Mont Rigi !
  • Monschau

GR573 – J1 : de Eupen à Ovifat (25 kms)

Capitale de la Communauté germanophone de Belgique, Eupen est une ville qui a eu la chance d’être épargnée par les bombardements de 1944. Son patrimoine ainsi préservé est le témoin d’une ville prospère, notamment au 19ème siècle, époque de l’apogée de l’industrie textile. Si vous avez un peu de temps devant vous, n’hésitez pas à flâner dans les rues de Eupen pour observer les nombreux bâtiments de style baroque. Pour ne citer que quelques curiosités :

  • Maison Grand Ry (1761-63), résidence du drapier Nikolaus Joseph Grand Ry → siège du gouvernement de la Communauté germanophone depuis 1984
  • Chapelle Saint-Lambert (1690), avec dans sa niche une statue de Saint Lambert, évêque de Liège (VIIe – VIIIe s.)
  • Eglise Saint-Nicolas (1721-29), de type Hallenkirch (église-halle)
  • Eglise de la Paix (1851-55), église protestante

C’est dans la ville basse, au niveau de l’église Saint-Joseph (1864-69), que démarre cette étape. Passez par-dessus la Vesdre pour aller trouver le balisage blanc et rouge ! Cette rivière dont le nom signifie « cours d’eau dans la vallée creuse » prend sa source dans l’Eifel. La Vesdre a de nombreux affluents dont la Helle, à Eupen, que vous allez remonter sur de nombreux kilomètres.

Juste après le pont, une petite figurine en grès attirera votre attention. Le « Spabrunnenmännchen » est un jeune paysan en grès, oeuvre du sculpteur Hubert Schiffer. Installé en 1910 dans une grotte dans la forêt du Langesthal, il a dû être évacué dans les années 30 en raison de la construction du barrage de la Vesdre. Vous passerez ensuite devant un barrage avec bief qui approvisionnait, à l’époque des industries, les usines de la ville basse en eau. Notez également au passage le style architectural de cette maison : elle nous a fait penser aux œuvres de Gaudi 🙂

Vous allez à présent pénétrer dans le Hertogenwald, le Bois du Duc en référence à son ancien propriétaire, le duc de Limbourg. Avec ses 12.300 ha de superficie, c’est la plus grande forêt domaniale de Belgique. Si vous souhaitez bivouaquer dans les environs, vous trouverez une aire de bivouac autorisée pour randonneurs, cyclistes et cavaliers, au cœur de la Vallée de la Soor. Votre route passera ensuite par le Pont Guerrier. Ce pont datant de 1890 a été construit à l’initiative d’un ingénieur forestier du nom de … Guerrier. Il est également appelé le « Pont Noir » car à l’origine son tablier était formé de planches recouvertes de goudron. De cet endroit, vous pourrez voir la Soor se jetter dans la Helle.

La suite du programme ? Sentiers forestiers et parcours à travers racines et rochers … au rythme du clapotis de l’eau … vous conduiront au barrage de la Helle, construit en 1948 pour dériver le surplus du débit moyen de la rivière dans le lac d’Eupen.

La Helle prend sa source dans les Hautes Fagnes, dans les environs de la Baraque Michel, pour se jeter dans la Vesdre après 20 kilomètres de course sans croiser aucune route ! C’est le moment parfait pour faire une petite pause au bord de l’eau 😎 

Sur la suite de votre parcours, vous croiserez plusieurs petits ruisseaux. Si vous ne voulez pas avoir les pieds mouillés, vous pourrez par exemple prendre un pont (un peu plus loin sur votre gauche) …

… ou alors sauter si le ruisseau n’est pas trop large 😀

Fini de rigoler, il faut falloir grimper pour quitter la forêt et atteindre le lieu-dit « Herzogenhügel » (colline du Duc) où le Spoorbach rencontre la Helle, avant de vous aventurer sur le Plateau des Hautes Fagnes.

Saviez-vous que les ruisseaux issus des zones tourbeuses recèlent peu de vie ? En effet, les eaux qui ont séjourné dans les zones tourbeuses sont acides et pauvres en éléments minéraux : les poissons et les plantes à fleurs y sont donc absents.

Les Hautes Fagnes présentent des paysages de landes et de tourbières habituellement rencontrés dans des contrées plus nordiques ou de plus haute altitude. Leur climat froid, particulièrement humide, et la composition de leurs sols, assurent la persistance d’une flore et d’une faune inhabituelles pour nos régions.

Droit devant vous, le pont Marie-Anne Libert. De ce point, il vous reste encore 5,8 kms à parcourir jusqu’à Botrange. Il est possible que lors de votre randonnée dans les Fagnes vous croisiez un drapeau rouge = danger d’incendie. Vous pouvez voir ici que l’entrée vers le caillebotis est fermée : dépasser ces zones clairement signalées est défendu. Cette interdiction vise à éviter que des promeneurs ne provoquent un incendie par négligence mais également à les protéger en cas d’incendie.

Pour éviter les bains de pieds et pour garantir la préservation de cette réserve naturelle exceptionnelle, restez sur les caillebotis et les chemins balisés ! Même si à première vue, ces paysages tourbeux donnent l’impression de tapis végétaux moelleux, ils sont riches en pièges redoutables : profonds trous d’eau ou sols mouvants → vous pourriez finir « entourbé ». 

Pendant des siècles, les habitants des villages avoisinants ont exploité la tourbe des Hautes Fagnes pour chauffer leurs maisons. Formée par les parties mortes des sphaignes qui s’accumulent, elle augmente de 0,6 mm à maximum 1 mm/an. Dans les Hautes Fagnes, elle peut atteindre, par endroits, de 7 à 9 mm d’épaisseur ! La nature n’est pas la seule richesse des Hautes Fagnes où, tout au long de leur histoire, les hommes ont également laissé des traces comme notamment des croix perdues, souvent en souvenir d’événements tragiques. 

Vous arriverez ensuite à un croisement des GR14, GR56 et GR573. Ça vous étonne ? Pas du tout en fait, car cette région est sans conteste un des sites naturels les plus célèbres de Belgique ! Vous ferez parcours commun avec le GR56 sur près de 3 kms. C’est un sentier rectiligne, avec la fagne wallonne à votre droite, qui vous attend à présent pour vous emmener jusqu’à la N676 … Même si le paysage est superbe, ce tronçon vous semblera interminable. Arrivé au lieu-dit « Haie de Souk », vous pouvez prendre à droite pour aller au Signal de Botrange (distance = un peu plus d’1 km).

Nous avons pris à gauche : direction Ovifat où nous passerons la nuit. En descendant la N676, nous passons devant la Maison du Parc – Botrange, destinée à accueillir les visiteurs en quête d’informations de toute sorte sur la nature environnante. Nous ne nous y arrêterons pas car nous avons préféré profiter de la terrasse de la Brasserie Peak 😆 Venez vous aussi vous désaltérer avec une bière, brassée à l’eau des Hautes Fagnes ! Blonde, Brune, Triple, Myrtille (ou Winter) … il y en a pour tous les goûts !

Désaltérés, nous continuons notre route vers le Gîte-auberge d’Ovifat où nous passerons la nuit. Nous clôturerons cette magnifique journée dans les Fagnes au Petit Mont Rigi pour le plus grand plaisir de nos papilles.


GR 56 – J2 : de Ovifat à Monschau (19 kms)

Après le petit-déjeuner, reprenez la direction du cœur du Parc naturel Hautes Fagnes-Eifel. Deux options s’offrent à vous : soit remonter à pied en direction du Signal de Botrange, soit prendre le TEC (ligne 390). Nous avons exceptionnellement opté pour la seconde proposition car un arrêt de bus se trouve en face du gîte. Vous voilà au point culminant de la Belgique (694 m) avec à côté la « butte Baltia », aménagée 10 ans avant la tour-observatoire de Botrange. Si vous y montez, vous atteindrez l’altitude 700 🙂

Redescendez à présent à l’intersection que vous avez quittez la veille pour entamer, sur près de 2,5 kms, le même sentier que la veille, une longue ligne droite entre la fagne wallonne à gauche et un bois de résineux à droite. Alors que le GR 573 oblique à gauche, votre périple se poursuit à droite, sur un sentier étroit. Vous voilà arrivé au lieu-dit « La Béole ».

Très vite, vous rejoindrez un sentier plus large. Vous progresserez ensuite entre les épicéas et pourrez tester vos connaissances sur les animaux, les plantes, le climat en encore le passé des Hautes-Fagnes sur le sentier des Tourbières.

A quoi servait la tourbe que l’on exploitait aux siècles passés ?

Vous longerez à présent la Fagne de Cléfaye, aussi appelée Fagne de Calbour, sertie dans un écrin de résineux. Occupant une superficie de 414 ha, elle se caractérise par une tourbe très épaisse dépassant constamment 50 cm. A son point le plus élevé, l’épaisseur de la tourbière atteint 4,40 m !

Entrez à présent dans la forêt domaniale Stellerholz. Vous pourrez bientôt apercevoir la « Kreuz im Venn » (Croix en Fagne). Haute de six mètres, cette croix a été érigée en 1890 sur le rocher de Richelsley par l’abbé Arnoldy pour honorer la mémoire de Stephan Horrichem (1639-1686), surnommé « l’apôtre de la Fagne ». Il s’est consacré inlassablement à aider les habitants des Fagnes persécutés pendant la guerre de 30 ans. Une Vierge représentant Notre-Dame de Lourdes se niche dans une anfractuosité du rocher, sur la face nord-est. Le site est un lieu de culte.

Quittez à présent la Belgique en traversant la Vennbahn pour vous rendre en Allemagne. De l’autre côté de la frontière, vous pourrez apercevoir le Kloster Reichenstein, un ancien monastère de Prémontrés du XIIème siècle. Il est abandonné en 1794 à cause de l’occupation française. Après la sécularisation imposée par les Français en 1802, les lieux sont vendus à des particuliers et ses bâtiments servent tantôt de tuilerie, tantôt d’entreprise agricole. Le domaine est acheté en 2008 par l’abbaye française Notre-Dame de Bellaigue et le prieuré est élevé en monastère indépendant en octobre 2017.

Votre chemin se poursuit à présent dans la vallée de la Roer (Rur, en allemand). C’est dans les Hautes Fagnes, près du Signal de Botrange, que cette rivière prend sa source, elle continue ensuite en direction de Monschau, contourne la région d’Aix-la-Chapelle pour finir par se jeter dans la Meuse à Ruremonde au Pays-Bas.

Vous pourrez bénéficier d’une vue sur l’étroite et densément boisée vallée de la Rur depuis la formation rocheuse Ehrensteinsley.

Monschau ? Montjoie ? Fondée vers 1195, la ville de Monschau doit son appellation au château qui se dressait sur une hauteur surplombant la Rur. C’est à l’automne 1918, suite à la défaite lors de la Première Guerre mondiale et à la francophobie qu’elle a générée, que le nom de la ville « Montjoie » a été germanisé en « Monschau » par décret officiel. Le château abrite aujourd’hui une auberge de jeunesse et est un lieu de concerts en été. La vue y est magnifique !

De pittoresques maisons à colombages, d’étroites ruelles tortueuses et des rues pavées, Monschau invite à la flânerie. Si vous avez un peu de temps devant vous, le Panoramaweg vous fera découvrir la ville avec de belles vues en perspective. Monschau invite aussi à la détente : alors posez-vous sur une des terrasses de la place du Marché avant de reprendre le bus pour retourner à Eupen !


GR 56 & 573 – Itinéraires des deux étapes

GR573 – J1 : de Eupen à Ovifat (25 kms)

Total distance: 24945 m
Max elevation: 659 m
Min elevation: 262 m
Total time: 06:59:59
Download file: GR573_Eupen.gpx

GR 56 – J2 : de Ovifat à Monschau (19 kms)

Total distance: 18710 m
Max elevation: 690 m
Min elevation: 409 m
Total time: 05:00:00
Download file: GR 56_Monschau.gpx

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *