Nat’Our Route 4

La Nat’Our Route 4 – Ourtalschleife est une boucle de 19 kilomètres dans le Parc Naturel de l’Our. Cet itinéraire fait partie du réseau de sentiers NaturWanderPark delux. Ce circuit pédestre transfrontalier, au départ de Bivels, vous fera notamment découvrir l’un des projets de construction les plus impressionnants du Luxembourg, datant du milieu du siècle dernier : l’une des plus grandes centrales hydroélectriques d’Europe ! Alors suivez le balisage et …

Venez découvrir le paysage façonné par la main de l’homme autour du méandre de l’Our !


C’est du Camping du Lac à Bivels que démarre la Nat’Our Route 4. Bivels est situé à 3 kilomètres de Vianden. En 1961, la moitié du village disparaissait pour faire place aux flots du lac de barrage. Un mal pour un bien pourrait-on dire ! En effet, la perte de certaines propriétés familiales était compensée par la promesse d’un emploi sûr et bien rémunéré à proximité avec la création de la Société Electrique de l’Eau (SEO).

Bivels est situé au bord l’Our. Cette rivière prend sa source dans les Hautes Fagnes et fait office de frontière entre le Luxembourg et l’Allemagne jusqu’à Wallendorf où elle se jette dans la Sûre après un parcours de 78 kms. Traversez le pont : « Herzlich willkommen in Deutschland ! »

Grimpez à présent jusqu’aux ruines du château fort de Falkenstein que vous aurez déjà pu apercevoir depuis le pont traversant l’Our. Plusieurs familles nobles l’ont habité à l’époque féodale, à commencer par les seigneurs de Falkenstein. C’est aujourd’hui une propriété privée qui ne peut pas être visitée.

100 mètres après le château, vous arriverez à un croisement. Faites un petit détour en empruntant la Route 5 (et non 4). Sur cette boucle de près de 3 kms, vous pourrez notamment voir, à vos pieds, le château de Falkenstein surplombant l’Our.

Mais aussi et surtout, vous pourrez bénéficier d’une vue incroyable, depuis le parking Waldhof-Falkenstein, sur l’Our qui sillonne la Vallée. L’Our fait un large détour autour de la falaise de schiste qui s’étend de la base du Mont St. Nicolas à Waldhof, en passant par Bivels et qui forme l’étroite dorsale sur laquelle est érigé le château fort de Falkenstein. Un cliché de carte postale !

L’heure est à présent venue de boucler cette « extra » boucle en retournant au château de Falkenstein pour continuer la Route 4.

Une fois de retour sur votre itinéraire, prenez la direction de Stolzembourg. Vous passerez notamment devant la SEO, l’une des plus grandes centrales hydroélectriques d’Europe avec une puissance de 1.300 mégawatts. La galerie des visiteurs, une exposition abordant les thématique du climat et de l’énergie, ainsi que la centrale souterraine peuvent être visitées. Vous contournerez le bassin inférieur de cette centrale.

Sur votre route, vous trouverez deux sculptures représentant l’eau comme source d’énergie : la première se trouve au parking Waldhof-Falkenstein et la seconde au poste frontière de Keppeshausen. Cette localité, avec ses 22 habitants, fait partie des plus petits villages d’Allemagne. Vous cherchez des informations sur la région ? Vous en trouverez certainement dans l’ancien poste de douane du pont de l’Our 😉

Arrivé à Stolzembourg, vous pourrez apercevoir le château fort qui domine le cœur du village du haut de sa colline. Après deux destructions (en 1454 et en 1679), une Écossaise fortunée acheta le site en 1898. Elle y fit ériger un beau manoir en contrebas des ruines du vieux château fort. Mais Stolzembourg était jadis connu pour sa mine de cuivre : entre 1856 et 1938, on y extrayait jusqu’à 5.000 t de minerai de cuivre par an. Bien que la production soit suspendue depuis l’offensive de Rundstedt de 1944, il est possible de visiter la mine et le musée adjacent. Malheureusement, en raison de la pandémie liée au COVID-19, la mine restera fermée en 2020 🙁

Le minerai fut découvert après que des animaux domestiques qui buvaient l’eau de la Klangbach soient tombés malades des suites d’un empoisonnement au cuivre.

L’heure est venue de quitter l’Our et de retourner sur Bivels et ça va grimper :-8

D’ailleurs, si vous souhaitez encore grimper davantage, vous pouvez encore monter les 700 mètres qui vous emmèneront au sommet du Mont St. Nicolas. où vous trouverez le bassin supérieur qui sert de réservoir vers lequel l’eau est pompée pendant les heures creuses afin de produire de électricité en cas de besoin. Une digue circulaire entoure le bassin d’accumulation. Le niveau de l’eau présente chaque jour des variations jusqu’à 17 mètres.

Bivels n’est plus très loin. Sur votre retour, vous pourrez bénéficier d’une belle vue sur l’installation de la SEO et son poste extérieur. Des lignes de 220 kV transportent le courant dans le réseau interconnecté européen. Vous pourrez aussi admirer le bassin inférieur qui a été créé par la construction d’un barrage de retenue. C’est de là que l’eau est pompée dans le bassin supérieur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *