GR 56 : Malmedy – Robertville – Bütgenbach (22,5 km)

Le GR 56, les Cantons de l’Est et le parc naturel Hautes Fagnes – Eifel, est un des plus anciens tracés de grande randonnée de Belgique : l’extrémité orientale du pays a toujours constitué un domaine privilégié pour la randonnée pédestre. Boucle de 168 km au départ de Saint-Vith, ce sentir de Grande Randonnée vous fera découvrir entre autres deux pays, avec la prédominance de la Belgique et deux langues, avec la prédominance de l’allemand. L’ensemble du circuit s’articule autour du parc naturel Hautes Fagnes – Eifel : la nature est donc présente partout ! Pour compléter cette découverte des Cantons de l’Est, deux variantes sont également proposées : « Variante Warche » (36,4 km) et « Variante Amblève » (36,8 km).

Nous avons décidé de cumuler deux tronçons de ce GR 56 sur un weekend et nous vous livrons notre expérience ci-après :

Partez randonner d’un lac à l’autre … et finissez par vous y baigner !

 

Avant de commencer …

Etant donné qu’il ne s’agit pas d’une boucle, un minimum d’organisation est nécessaire avant de se lancer !

Parking

Nous avons décidé de laisser la voiture à Bütgenbach (point d’arrivée du J2) : il y a de nombreuses possibilités de parking à Bütgenbach, et ce gratuitement ! Nous étions garés sur un petit parking à l’intersection de la Monschauer Strasse et de la Mariengasse 🙂

Transport en commun

Nous avons pris la ligne TEC 394 Eupen – Büllingen – Sankt-Vith, au départ de Bütgenbach (le long de la Monschauer Strasse) pour le Centre Nature de Botrange :

    • Durée du trajet : 15 minutes environ
    • Prix d’un ticket : 3,60 €

Logement

Les Terrasses de Malmedy – Studio de la Famille Barabason-Pirard

Restaurant

Nous vous recommandons de terminer ces 2 journées de rando par un repas au restaurant Brüls à Bütgenbach : nous nous sommes régalés !

 

Le parcours en chiffres …

Distance totale: 22623 m
Altitude maximum: 580 m
Altitude minimum: 454 m
Total time: 06:32:25

 

Le parcours en images …

C’est des Terrasses de Malmedy (anciennement Domaine de Chôdes), où nous avons passé la nuit, que démarre cette deuxième étape. Pour rappel : la première étape de 26 km partait de la région la plus « haute » de Belgique, avec Botrange comme point culminant, pour vous faire découvrir le plateau des Hautes Fagnes et ses tourbières et finalement vous emmener à la découverte de la ville animée de  Malmedy.

Cette première partie du GR 56 (balisage = traits blancs et rouges horizontaux) alterne route goudronnée en début de parcours, petits sentiers champêtres, partie boisée et belles vues sur la vallée … à la façon d’une montagne russe 🙄 ! Un bon petit échauffement en ce début de matinée.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Vous apprécierez une fois encore ces petits ponts en bois qui vous permettent de changer de rive en gardant les pieds au sec 🙂

Direction le « Nez de Napoléon », avancée rocheuse abrupte qui surplombe la Vallée de la Warche.

Le chemin dégringolera ensuite pour vous emmener jusqu’à un croisement, point de départ de la « Liaison Bayehon ». Ce chemin balisé également en blanc et rouge passe au château de Reinhardstein, remonte le vallon sauvage du Bayehon puis le ruisseau de Ghaster, frôle le gîte d’étape d’Ovifat et longe le Centre Nature de Botrange pour rejoindre le GR 56 près de Botrange. Ne partez pas dans la mauvaise direction et suivez la direction « Barrage » qui grimpe à droite !

Reprenez de la hauteur ! Vous serez récompensés par de magnifiques vues sur l’ensemble du château de Reinhardstein (encore plus belles que celles que vous aurez pu apercevoir auparavant) : ouvrez l’œil 😉 Il s’agit du seul château de type « eifelien » en Belgique.

Dominant la Warche sur son éperon rocheux, il fut construit en 1354 par Renaud de Waimes pour le Duc Wenceslas de Luxembourg. Il a vu ensuite se succéder d’illustres familles : les Zivelle, Brandscheid et Nassau. Son dernier seigneur, le comte Franz-Georg von Metternich, vend le Burg en 1812. Le sort de ce dernier semble alors scellé : il servirait dorénavant de carrière. Laissé à l’abandon, il se dégrade fortement au fil du temps.

Mais en 1965, Jean Overloop, enseignant à Bruxelles et passionné d’histoire découvre le château en ruine et selon ses propres termes, ce fut le coup de foudre. Il ne lui fallut pas moins de dix-huit mois, aidé de quelques passionnés et s’appuyant sur le savoir-faire des artisans locaux, pour relever Reinhardstein. Actuellement, le château de Reinhardstein domine à nouveau fièrement le paysage et est une attraction touristique incontournable !

Le tracé blanc et rouge vous amènera ensuite sur un parking, à l’extrémité sud du barrage de Robertville. Déshydraté ? Vous aurez la possibilité d’acheter des victuailles sur place !

Envie de visiter le château de Reinhardstein ? Traversez le barrage, haut de 55 mètres, tout en profitant de la magnifique vue sur le lac, puis suivez les indications sur votre gauche : il ne vous restera alors plus que 800 mètres à parcourir à pied … Le château abrite aujourd’hui une riche collection de meubles, armures et tapisseries, qui peut être découverte lors de visites guidées. Après votre visite, vous pourrez aussi profiter d’activités quelque peu insolites (sur réservation) sur site : initiation au tir à l’arc, spectacle de fauconnerie ou encore repas médiéval.

Nous avons continué à suivre le balisage blanc et rouge, préférant visiter le château à un autre moment. Le parcours se poursuit alors en longeant le lac du barrage dont voici l’histoire

Après la Première Guerre mondiale, l’essor industriel que connut l’Europe nécessita des ressources énergétiques que le charbon ne pouvait plus satisfaire. Ainsi, plusieurs barrages furent construits dans l’est de la Belgique afin de produire de l’électricité. Le premier fut construit, dans la vallée de la Warche, à Robertville, entre 1925 et 1928 et permit de créer un lac de 8.000.000 m3 qui fournit la centrale hydroélectrique de Bévercé, située 154 mètres plus bas, en eau et d’approvisionner Malmedy en eau potable.

Une passerelle vous permettra un peu plus loin de franchir une des extrémités du lac.

Il faudra attendre 1973 pour que ce lac de 80 hectares se voie affecter un rôle touristique et fasse de Robertville un véritable pôle d’attraction récréatif. Les visiteurs peuvent y faire du pédalo, du canot électrique ou y nager. Bien d’autres activités sont également possibles sur et autour du lac, comme la pêche, le minigolf, le vélo, la marche et l’équitation.

Le balisage vous invitera tantôt à emprunter une route forestière, tantôt à traverser des prés, pour finalement vous conduire jusqu’au pont de Haelen, qui enjambe le lac en son centre, et obliquera ensuite à droite en face de l’Hôtel des Bains.

Edifié en 1928, suite à la construction du barrage sur la Warche, le pont pris l’appellation de Haelen, localité où l’armée belge repoussa un assaut allemand en août 1914. A la fin de l’été 1944, pour ralentir l’avancée des troupes alliées qui progressaient vers le Nord-Est, l’armée allemande fit sauter une partie du pont franchissant le lac de Robertville. Fort heureusement, le dynamitage du barrage, prévu dans le même objectif, échoua !

Longez à présent la rive du lac, par la droite ! Vous quitterez bientôt le voisinage du lac pour traverser le camping Belle-Vue … pour finalement y revenir … et vous en écarter définitivement en empruntant le pont qui le traverse.

Le tracé blanc et rouge vous emmènera ensuite à gauche, juste après l’accès à la propriété privée. Dans les prés, sur des chemins herbeux ou de petites routes empierrée ou encore sous les épicéas … votre parcours se poursuit le long de la Warche. D’une longueur de 41 km, la Warche prend sa source à Bullange et se jette dans l’Amblève à proximité du hameau de … Warche !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Juste avant le tunnel, grimpez un sentier à droite pour rejoindre l’ancienne voie ferrée. Voilà ce qu’il reste du viaduc de Weywertz

C’est en 1884 que les travaux commencèrent au viaduc qui enjamberait la vallée de la Warche. Les habitants de Weywertz attendaient avec impatience l’ouverture des travaux de construction de la ligne de chemin de fer, reliant Monschau à Waimes, qui allait leur procurer du travail à proximité de leur village. Mais personne n’aurait pu s’imaginer que la guerre allait débuter précisément à cet endroit.

Dans un contexte international tendu et en prévision d’une invasion allemande, l’armée belge avait lesté le viaduc de charges explosives afin de le détruire le cas échéant. L’importance stratégique de cet ouvrage n’échappait à personne : il était gardé jour et nuit par des soldats. Au régiment allemand, deux commandos spéciaux avaient été formés et entraînés avec pour objectifs la prise du viaduc intact à Weywertz et l’occupation de la gare de Sourbrodt.

A l’aube du 10 mai 1940, ils ouvrirent le feu sur les soldats belges qui montaient la garde au viaduc mais ces derniers réussirent à s’enfuir. Les assaillants pensèrent que les charges explosives avaient été neutralisées, mais le lieutenant belge les avaient fait déplacer de telle manière que les soldats en se sauvant purent encore activer le détonateur. Le pont explosa dans un vacarme étourdissant …

Puis quittez la voie déferrée à l’arrêt de Weywertz-Nidrum pour rejoindre un chemin herbeux, à gauche, parallèle au RAVeL. La gare de Weywertz se trouvait approximativement à 1,7 km du centre du village. Cette localisation n’était pas à l’avantage des usagers du chemin de fer d’autant plus que lors de la construction de la ligne, le site de la future gare ne totalisait pas plus de six maisons. Les habitants de Weywertz durent patienter jusqu’en 1937 avant qu’un arrêt ne soit aménagé ici, arrêt dont bénéficièrent également les habitants du village de Nidrum situé à 2,5 km d’ici. La halte était desservie par six convois venant de St. Vith et autant en provenance de Monschau.

Même si plus de 70 années se sont écoulées depuis la fin de la Deuxième Guerre mondiale, les services de déminage s’occupent encore régulièrement du désamorçage d’explosifs (bombes ou grenades non explosées), héritage du passé. En juillet 1972, un tragique accident eu lieu : trois enfants originaires de Nidrum ont probablement trouvé et ramassé une grenade sur les rives de la Warche. Un enfant perdit la vie lors de l’explosion, les deux autres furent blessés.

Laissez-vous charmer par les paysages que vous traverserez sur cette fin d’itinéraire… Bientôt, le GR franchira la Warche, puis vous fera grimper sur l’ancienne voie ferrée pour un peu moins de 500 mètres. Nous choisissons de quitter le RAVeL juste avant le viaduc de Bütgenbach pour aller retrouver notre voiture.

La ligne de chemin de fer Weywertz-Jünkerath fut mise en service en 1912 pour faciliter les transports militaires allemands vers le Camp d’Elsenborn. Un viaduc à 6 arches et d’une hauteur de 30 mètres franchissait la vallée. Il fut dynamité par la Wehrmacht le 13/09/1944 à l’approche des Américains.

Nous avions laissé notre véhicule, au milieu du village, près de l’église paroissiale Saint-Etienne de Bütgenbach. Cette construction néo-romane, réalisée suivant les plans de l’architecte malmedien Cunibert, date de 1931. A l’intérieur, vous pourrez entre autres y admirer une statue de la « madone souriante », datant du 14ème siècle.

Nous avons ensuite décidé d’aller passer la fin de l’après-midi au centre sportif et récréatif Worriken. C’est à la VENNtastic Beach que nous avons déposé nos serviettes : cette plage de 8.000 m2 offre entre autres une zone de baignade surveillée avec jeux ancrés pour petits et grands, une plage de sable, un terrain pour volleyball, soccer ou handball …

… nous nous sommes rués sur la location de pédalo (comme si on n’avait pas encore fait assez d’activité physique 😛 ) ! C’est grâce à la construction du barrage de Bütgenbach en 1932 qu’un lac de 120 hectares a été créé. Le lac est alimenté par la Warche et la Holzwarche. Sa fonction principale est de servir de réservoir d’eau pour la production électrique du barrage de Robertville mais est également devenu un pôle d’attraction touristique au fil des ans.

Que dire de plus sur ce weekend  à la découverte des Cantons de l’Est ! Il paraît que cette étape est la plus sympa du GR 56 😀

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *