Escapardenne – Eislek Trail : étape 3

Creuser un canal qui relierait directement la Meuse au Rhin via la vallée de la Moselle … Un projet ambitieux !

Eislek Trail – Etape 3 : de la gare de Troisvierges à Houffalize (25 kms)

C’est du Domaine du Moulin d’Asselborn que part, en règle générale, cette 3ème étape. Des bus au départ de la gare de Troisvierges assurent la liaison. Or, nous avons profité du long week-end de l’Ascension pour boucler ce Trail. Et, il n’y avait hélas pas de bus pour Asselborn en ce jeudi Saint. Nous nous y sommes donc rendus à pieds.

Un début de trail reposant et champêtre : on entendait à peine une mouche voler 😉 Et, après 1 heure de marche environ, nous arrivions au Domaine du Moulin d’Asselborn. Comme déjà annoncé dans l’étape précédente, nous avons eu un véritable coup de cœur pour cet endroit plein de charme !

Domaine du Moulin d'Asselborn

Allez c’est parti ! Vous passerez d’abord devant la sculpture de St Jean de Népomucène, patron des meuniers, des bateliers, de l’eau et des ponts, il protège contre les inondations ; puis devant un monument commémoratif érigé en hommage à la jeunesse sacrifiée lors de la Bataille des Ardennes 1944-45. Plus jamais ça…

Dirigez-vous ensuite vers le plateau de Wincrange, essentiellement composé de terrains agricoles (plus de 80 %). La forêt occupe moins de 13 % de la surface et est formée de résineux.

Du site « Leeresmillen » (moulin de Leeres), vous pourrez bénéficier d’une vue sur les ensembles caractérisants le plateau de Wincrange : des surfaces agricoles (prés, pâtures, labours) et des vallées faiblement encaissées formant un réseau de zones humides d’importance nationale. Les prés et friches humides hébergent une biodiversité exemplaire et fonctionnent comme réservoir d’eau en cas de crue.

Site "Leeresmillen"

Votre prochaine étape sera les « Weiler Weieren » ! Les 3 étangs de Weiler, situés en contre-bas du petit hameau de Weiler, ont été aménagés au début des années 1960 comme étangs de loisir. Ils sont aujourd’hui un important espace de gagnage pour l’avifaune : tout au long de l’année, 130 espèces d’oiseaux différentes peuvent y être observées.

Malgré sa petite taille, le complexe des étangs de Weiler joue un rôle complémentaire au réseau de zones humides du plateau de Wincrange. Le site est une halte importante pour la migration des canards et limicoles entre leurs sites de nidification en Scandinavie et d’hivernage en Afrique de l’Ouest. La réserve est également importante pour la reproduction et un biotope permanent pour maintes autres espèces d’animaux et de plantes.

Weiler Weieren

Partez à présent en direction de Hoffelt ! Depuis plus de 50 ans, on constate un déclin de l’exploitation des vergers. Les arbres fruitiers disparaissent et avec eux, une partie de notre histoire culturelle, de l’esthétique paysagère et de la diversité biologique. La mise en place du verger conservatoire « Barteshaus » vise à limiter cette évolution. En 2005, 110 arbres fruitiers de différentes variétés ont été plantés. Le but du verger conservatoire est le maintien des variétés régionales typiques de pommes et de poires, comme par exemple : la « Gesträifte Rambo », la « Lëtzeburger Triumph », la « Gärtchesbirne » ou la « Nouvelle Poiteau ». Quant à la « Barteshaus », il s’agit d’une vieille ferme, restaurée et modernisée dans le style de l’Ösling en gîte pour groupes jusqu’à 24 personnes et en gîtes spacieux pour 6 personnes.

Intéressez-vous à présent à l’histoire du « Canal Meuse-Moselle », le canal inachevé. Au XIXème siècle, le seul moyen de transport était la voiture hippomobile. Il fallait donc trouver d’autres moyens plus pratiques afin de permettre le transport rapide de tonnages importants et la seule alternative existante était le transport fluvial. Un projet industriel soutenu par Guillaume Ier des Pays-Bas et mis au point par Remy de Puydt prévoyait de relier par voie d’eau la Meuse à la Moselle. Un projet incroyable : un canal devait monter de 60 à 500 mètres d’altitude et puis descendre à 130 mètres. Il fallait donc construire 218 écluses sur 261 kms de voies fluviales. En 1827, la Société d’Exploration du Luxembourg reçoit la concession pour la réalisation du projet.

En 1830, la révolution belge éclate à Bruxelles et de ce fait, le canal de Hoffelt ne fut jamais terminé. De plus, le développement du réseau routier et du chemin de fer relègue la réalisation du canal au second plan. Tout au long de votre parcours, vous pourrez imaginer et découvrir ce projet fascinant à travers des panneaux illustrés par un artiste belge, Stéphane Deprée.

Ce n’est en 1844 que les limites définitives de la frontière belgo-luxembourgeoise furent précisées par un arrêté. Elles furent balisées par 287 bornes en fonte. Après avoir suivi la ligne frontalière entre la Belgique et le Luxembourg, vous arriverez à la borne 263 qui marque la limite entre le territoire de Hoffelt (Luxembourg) et celui de Buret (Belgique). L’Eislek Trail suivra ensuite sur quelques centaines de mètres la « ligne ferroviaire 163 », appelée parfois la « ligne des crêtes » car elle longe régulièrement les points hauts perchés au sommet des collines.

Vous arriverez d’abord à Buret, vestige du chantier du canal Meuse-Moselle ! Ce village a vu sa population croître pendant le projet. Puis, vous continuerez en direction du Canal de Bernistap …  Abandonné depuis plus de 180 ans, l’endroit est aujourd’hui recouvert de végétations le rendant quasiment indécelable. Même l’entrée du souterrain, qui jadis faisait 5 mètres de hauteur, a quasi disparu sous les terres que charrie le ruisseau. Et dire qu’elle devait accueillir des bateaux de plus de 40 tonnes de cargaison ! Difficile à imaginer à l’heure actuelle.

La ferme-château de Bernistap a probablement servi de centre de ravitaillement pour les ouvriers du souterrain.

Ferme de Bernistap

Prenez à présent la direction de Tavigny … Durant le chantier de construction du canal, le château de Tavigny fut reconverti en bureaux pour les géomètres et ingénieurs. Vous passerez d’abord devant une vieille ferme ardennaise, à côté de laquelle se trouve l’église Saint-Remy, vraisemblablement fondée au XVIème siècle par les moines de Prüm. Elle renferme apparemment un beau mobilier contemporain de sa construction.

Pour en revenir au château de Tavigny, il s’agit d’une propriété privée à l’heure actuelle. D’ailleurs, il était en vente en 2017 pour la modique somme de 2,8 millions d’euros (nous ne savons pas s’il a été vendu entretemps …). Cette construction qui semble dater du temps des « tours refuges » devait se trouver au milieu d’une enceinte polygonale dont les angles étaient flanqués de tours rondes, dont deux subsistent encore aujourd’hui.

Tout au long de votre parcours, vous serez charmés par les paysages ardennais et la sérénité des lieux traversés. Rejoignez à présent la vallée de l’Ourthe à travers les « Blancs Bois » ! Cette dénomination viendrait du fait qu’à une époque les bouleaux s’étaient implantés particulièrement nombreux sur le site après un probable déboisement. L’écorce claire de ces arbres pionniers a sans doute donné son nom à cette parcelle boisée. En wallon, l’adjectif est habituellement placé avant le nom, d’où « Blancs Bois » 🙂

Quand le ruisseau de Cowan rencontre l’Ourthe orientale … Prenez le temps de vous arrêter quelques minutes à cet endroit de confluence : le bruit de l’eau vous apaisera !

Houffalize n’est plus bien loin ! Avant de rejoindre le centre, prenez le temps de jeter un coup d’œil aux sculptures exposées dans le parc de l’hôtel Vayamundo. Vous passerez ensuite devant le Moulin Lemaire qui, autrefois, comportait une scierie, un moulin à écorces et un moulin à farine. Aujourd’hui, seuls le bief et la roue sont encore visibles. Le moulin à écorces permettait de broyer l’écorce de chêne et de la réduire en fragments dont on extrayait le tanin par trempage. Celui-ci était utilisé dans les tanneries pour la transformation des peaux d’animaux en cuir. En 1889, on recensait 10 tanneries à Houffalize ; les dernières se sont éteintes après la guerre de 1940-45.

Vous passerez ensuite devant la Chapelle Notre-Dame de Lourdes. Elle a été élevée par une généreuse donatrice qui, à l’occasion d’un pèlerinage à Lourdes en 1874, avait fait le vœu d’ériger une chapelle dédiée à la Vierge. Endommagée au cours de l’offensive des Ardennes, elle a été restaurée.

Si vous avez le Hiking Pass, il y a deux points de contrôle à Houffalize : le Syndicat d’Initiative de Houffalize ou l’Hôtel du Commerce. Pour vous y rendre, passez au-dessus de l’Ourthe Orientale, montez en direction de la Maison Communale de Houffalize puis descendez la Rue de Scharbeek.

Pour le logement à Houffalize, nous avons opté pour le B&B La Violette d’eau et son ambiance zen. Quant à nos papilles, nous les avons régalées au Statu Quo.


Itinéraire réalisé

Distance totale: 25053 m
Altitude maximum: 511 m
Altitude minimum: 329 m
Total time: 06:59:57

Venez découvrir les autres étapes de l’Eislek Trail !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *